REFERENCES

CODE DE COMMERCE

CODE NAPOLÉON

CODE NAPOLÉON (ENGLISH)

**************************************************************

L’Acte additionnel aux Constitutions

du 22 avril 1815

***************************************

The Additional Act to the Constitutions

April 22, 1815.

************************************************************

N°9255 DÉCRET IMPÉRIAL qui autorise, en faveur des Ouvriers houilleurs du département de l’Ourte, la formation d’une Société de prévoyance, dont l’administration sera établie à Liège 26 Mai 1813

 

DÉCRET IMPÉRIAL DU 3 JANVIER 1813 concernant la sécurité des ouvriers dans les mines.

***************************************************************

Sénatus-Consulte organique du 28 Floréal an XII (18 mai 1804)

******************************************

Constitution of the 28th of Floréal Year XII (18 May 1804)

***********************************************************************************

La Constitution du 16 Thermidor an X (4 août 1802)

**************************************

Senatus-Consultum. 16 Thermidor, Year X (4th of August, 1802).

***************************************************************

La Constitution du 22 Frimaire an VIII (13 décembre 1799)

****************************************

Constitution of the 22nd of Frimaire, Year VIII (13th December 1799)

****************************************************************

La Déclaration des Droits [et des Devoirs] de l’Homme et du Citoyen

*****************************************************************

NAPOLÉON :

MANUSCRITS INÉDITS 1786 – 1791

MB_bbr_orMOUVEMENT BONAPARTISTE

LE DISCOURS DE BORDEAUX 

Prononcé par Son Altesse Impériale Louis-Napoléon Bonaparte, président de la République Française.

9 octobre 1852.

Messieurs,

L’invitation de la chambre et du tribunal de commerce de Bordeaux, que j’ai acceptée avec empressement, me fournit l’occasion de remercier votre grande cité de son accueil si cordial, de son hospitalité si pleine de magnificence, et je suis bien aise aussi, vers la fin de mon voyage, de vous faire part des impressions qu’il m’a laissées.

Le but de ce voyage, vous le savez, était de connaître par moi-même nos belles provinces du Midi, d’approfondir leurs besoins. Il a, toutefois, donné lieu à un résultat beaucoup plus important.

En effet, je le dis avec une franchise aussi éloignée de l’orgueil que d’une fausse modestie, jamais peuple n’a témoigné d’une manière plus directe, plus spontanée, plus unanime, la volonté de s’affranchir des préoccupations de l’avenir, en consolidant dans la même main un pouvoir qui lui est sympathique. C’est qu’il connaît, à cette heure, et les trompeuses espérances dont on le berçait, et les dangers dont il était menacé. Il sait qu’en 1852 la société courait à sa perte, parce que chaque parti se consolait d’avance du naufrage général par l’espoir de planter son drapeau sur les débris qui pourraient surnager. Il me sait gré d’avoir sauvé le vaisseau en arborant seulement le drapeau de la France.

Désabusé d’absurdes théories, le peuple a acquis la conviction que les réformateurs prétendus n’étaient que des rêveurs, car il y avait toujours inconséquence, disproportion entre leurs moyens et les résultats promis.

Aujourd’hui, la France m’entoure de ses sympathies, parce que je ne suis pas de la famille des idéologues. Pour faire le bien du pays, il n’est pas besoin d’appliquer de nouveaux systèmes; mais de donner, avant tout, confiance dans le présent, sécurité dans l’avenir. Voilà pourquoi la France semble vouloir revenir à l’Empire.

Il est néanmoins une crainte à laquelle je dois répondre. Par esprit de défiance, certaines personnes se disent : l’Empire, c’est la guerre. Moi je dis : l’Empire, c’est la paix.

C’est la paix, car la France le désire, et lorsque la France est satisfaite, le monde est tranquille. La gloire se lègue bien à titre d’héritage, mais non la guerre. Est-ce les princes qui s’honoraient justement d’être les petits-fils de Louis XIV ont recommencé ses luttes? La guerre ne se fait pas par plaisir, elle se fait par nécessité; et à ces époques de transition où partout, à côté de tant d’éléments de prospérité, germent tant de causes de mort, on peut dire avec vérité : Malheur à celui qui le premier, donnerait en Europe, le signal d’une collision dont les conséquences seraient incalculables!

J’en conviens, cependant, j’ai, comme l’Empereur, bien des conquêtes à faire. Je veux, comme lui, conquérir à la conciliation les partis dissidents et ramener dans le courant du grand fleuve populaire les dérivations hostiles qui vont se perdre sans profit pour personne.

Je veux conquérir à la religion, à la morale, à l’aisance, cette partie encore si nombreuse de la population qui, au milieu d’un pays de foi et de croyance, connaît à peine les préceptes du Christ; qui, au sein de la terre la plus fertile du monde, peut à peine jouir de ses produits de première nécessité.

Nous avons d’immenses territoires incultes à défricher, des routes à ouvrir, des ports à creuser, des rivières à rendre navigables, des canaux à terminer, notre réseau de chemin de fer à compléter. Nous avons, en face de Marseille, un vaste royaume à assimiler à la France. Nous avons tous nos grands ports de l’ouest à rapprocher du continent américain par la rapidité de ces communications qui nous manquent encore. Nous avons partout enfin des ruines à relever, de faux dieux à abattre, des vérités à faire triompher.

Voilà comment je comprendrais l’empire, si l’empire doit se rétablir. Telles sont les conquêtes que je médite, et vous tous qui m’entourez, qui voulez, comme moi, le bien de notre patrie, vous êtes mes soldats!

Le Moniteur universel, 12 octobre 1852

Œuvres de Napoléon III, tome 3, 1856, pp.341-344

 

MB_bbr_or

BONAPARTIST MOVEMENT

THE BORDEAUX SPEECH

9th of October 1852

(Following a tour of France, His Imperial Highness Louis-Napoleon Bonaparte, President of the French Republic since 1848, makes the following speech at Bordeaux in the South-West. The reactions of the people along the route leave no one in doubt. The president will be Napoleon III, Emperor of the French, by December 1852).

Gentlemen,

The invitation of the chamber and of the tribunal of commerce of Bordeaux, which I accepted with enthusiasm, provides me with the opportunity to thank your great city for its most cordial welcome and its magnificent hospitality, and I am also offered the possibility toward the end of my journey, to share with you the impressions with which I am left.

The aim of this journey, as you know, was to know for myself our beautiful regions of the South, and to reply profoundly to their needs. It has, however, produced an even more important result.

In effect, I can say frankly without pride or false modesty, no people has ever shown more explicitly, more spontaneously, their will to free themselves from fear of the future, by consolidating in the same hand a power that is benevolent toward them. It is because they know today, both the treacherous hopes with which others tried to lull them to sleep, and the dangers that menaced them. The people know that in 1852 society was heading for disaster, because each party consoled itself of the approaching shipwreck with the hope of planting its flag on the debris that might remain afloat. They are grateful to me for saving the ship entire, by flying only the banner of all France.

Disappointed by absurd theories, the people have become convinced that the so-called reformers were no more than dreamers, for there was always a lack of realisation, disproportion between their means and the promised results.

Today, France surrounds me with her affection, because I am not of the family of ideologists. To do good for our country, there is no need to apply new systems, but to give above all, confidence in the present, security in the future. This is why France seems to wish for the return of the Empire.

There is nonetheless a fear to which I have a duty to reply. Out of a desire to provoke, some say: the Empire is war. I say: the Empire is peace.

It is peace, for France desires peace, and when France is satisfied, the world is tranquil. Glory can be an inheritance, but not war. Did the princes who prided themselves with good reason on being the grandsons of Louis XIV continue his struggles? War is not made with pleasure, it is made by necessity, and in these changing times where everywhere, next to so many elements of prosperity spring so many causes of death, we may say truthfully “Woe to whoever might give the signal for a collision in Europe, of which the consequences would be beyond our imaginations!”

I agree however that I, like the Emperor, have many conquests to make. I want, like him, to conquer by reconciling them, the parties now fighting amongst themselves and to bring into the currents of the great river of the people the hostile deviations that head towards their destruction with no profit to anyone.

I want to conquer for religion, morality, and prosperity, the still great numbers of the population which, in the midst of a country of faith and belief, know almost nothing of the teachings of Christ, and which in the most fertile land in the world receive almost no benefits from the fruits of their labour.

We have immense fallow areas to turn into growing land, roads to open, ports to dig, rivers to make navigable, canals to finish, our railway network to complete. We have, opposite Marseille, a vast kingdom to assimilate to France. We have all our great ports to the West to bring closer to the American continent by the rapidity of the communications that we still lack. In conclusion, we have everywhere ruins to rebuild, false gods to strike down, truths to cause to triumph.

This is what I would understand by empire, if the Empire should be re-established. Such are the conquests I dream of, and all of you who surround me, who want as I do the happiness of our homeland, you are my soldiers!

Le Moniteur universel, 12th of October 1852

8 commentaires pour REFERENCES

  1. Ping : Pour une vraie réforme de la Justice | mouvementbonapartiste

  2. Ping : Pour une éducation digne de la République | mouvementbonapartiste

  3. Ping : La République, Une et Indivisible | mouvementbonapartiste

  4. Ping : « République ou Empire », un faux clivage | mouvementbonapartiste

  5. Ping : Pour une éducation digne de la République – 10 mai 2016 | mouvementbonapartiste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s