37e BULLETIN DE LA GRANDE ARMEE – 5 NIVOSE AN XIV DE LA REPUBLIQUE [26 DECEMBRE 1805]

drapeau-du-mouvement-bonapartiste.jpg

MOUVEMENT BONAPARTISTE

TOUT POUR ET PAR LE PEUPLE
« Pour l’Honneur de la France, pour les intérêts sacrés de l’Humanité »
(Napoléon le Grand, 17 ventôse an VIII – samedi 8 mars 1800)

♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔

Aigle_Empire_MOUVEMENT BONAPARTISTE

Schönbrunn, 26 décembre 1805

37e BULLETIN DE LA GRANDE ARMÉE

Voici la position de l’armée aujourd’hui :

Le maréchal Bernadotte occupe la Bohème;
Le maréchal Mortier, la Moravie;
Le maréchal Davout occupe Presbourg, capitale de la Hongrie;
Le maréchal Soult occupe Vienne;
Le maréchal Ney occupe la Carinthie;
Le général Marmont, la Styrie;
Le maréchal Masséna, la Carniole;
Le maréchal Augereau reste en réserve en Souabe.
Le maréchal Masséna, avec l’armée d’Italie, est devenu le 8e corps de la Grande Armée.
Le prince Eugène a le commandement en chef de toutes les troupes qui sont dans le pays de Venise et dans le royaume d’Italie.
Le général Saint-Cyr marche à grandes journées sur Naples punir la trahison de la reine et précipiter du trône cette femme, criminelle qui, avec tant d’impudeur, a violé tout ce qui est sacré parmi les hommes.

On a voulu intercéder pour elle auprès de l’Empereur; il a répondu : Les hostilités dussent-elles recommencer, et la nation soutenir une guerre de trente ans, une si atroce perfidie ne peut être pardonnée. La reine de Naples a cessé de régner : ce dernier crime a rempli sa destinée; qu’elle aille à Londres augmenter le nombre des intrigants et former un comité d’encre sympathique avec Drake, Spencer Smith, Taylor, Wickham; elle pourra y appeler, si elle le juge convenable, le baron d’Armfeld, MM. de Fersen, d’Entraigues et le moine Morus.

M. de Talleyrand est à Presbourg, où l’on négocie. Les plénipotentiaires de l’empereur d’Autriche sont : le prince Jean de Lichtenstein et le général Gyulai.

Le prince Charles a demandé à voir l’Empereur. Sa Majesté aura demain une entrevue avec ce prince à la maison de chasse de Stammersdorf, à trois lieues de Vienne.

L’Empereur passe aujourd’hui la revue de la division Legrand, près Laxenburg.

L’Empereur ne prend à Vienne aucun divertissement; il a reçu fort peu de personnes.

Pendant quelques jours le temps a été assez froid. La journée d’aujourd’hui est fort belle. L’Empereur a fait une grande quantité de promotions dans l’armée et dans la Légion d’Honneur, mais les grades qu’il a à sa disposition peuvent difficilement récompenser tant de braves.

L’électeur de Wurtemberg a envoyé à l’Empereur le grand cordon de l’ordre de Wurtemberg, avec trois autres qui ont été donnés au sénateur Harville, premier écuyer de l’Impératrice, au maréchal Kellermann et au général Marmont. L’Empereur a donné le grand cordon de la Légion d’honneur à l’Électeur, au prince électoral et au prince Paul, ses fils, et à ses frères les princes Eugène-Frédérie-Henri et Guillaume-Frédéric-Philippe : il a connu ces deux derniers princes à son passage à Ludwigsburg et a été bien aise de leur donner une preuve de l’opinion qu’il a conçue de leur mérite.

Les électeurs de Bavière et de Wurtemberg vont prendre le titre de Roi, récompense qu’ils ont méritée par l’attachement et l’amitié qu’ils ont montrés à l’Empereur dans toutes ces circonstances.

L’Empereur a témoigné son mécontentement qu’on eût osé faire à Mayence une proclamation signée de son nom et qu’on a remplie de sottises. Elle est datée d’Olmutz, où l’Empereur n’a jamais été; et ce qu’il y a de plus surprenant, c’est qu’elle a été mise à l’ordre du jour de l’armée de Mayence. Quel que soit l’individu qui en est l’auteur, il sera puni selon toute la rigueur des lois. Est-il un plus grand crime dans un État civilisé que d’abuser du nom du souverain ?

L’empereur d’Autriche est toujours à Holics.

Un grand nombre de blessés sont guéris. L’armée est en meilleur état qu’elle n’a jamais été. Le prince Murat rend compte que sa cavalerie a presque doublé depuis la bataille d’Austerlitz. Tous les chevaux qui, par suite des marches forcées , étaient restés en route, sont rétablis et ont rejoint leurs corps. Plus de deux mille pièces de canon sont évacuées de l’arsenal de Vienne sur la France. L’Empereur a ordonné qu’il y aurait une salle au musée Napoléon destinée à recevoir les choses curieuses qui ont été recueillies à Vienne.

Il a fait rendre à la Bavière les canons et les drapeaux qui lui ont été pris en 1740. Les Bavarois faisaient alors cause commune avec la France; mais la France était gouvernée par un prêtre pusillanime.

Les peuples d’ltalie ont montré beaucoup d’énergie. L’Empereur a dit plusieurs fois : Pourquoi mes peuples d’Italie ne paraîtraient pas avec gloire sur la scène du monde ? Ils sont pleins d’esprit et de passion : dès lors il est facile de leur donner les qualités militaires. Les canonniers italiens de la garde royale se sont couvert de gloire à la bataille d’Austerlitz et ont mérité l’estime de tous les vieux canonniers français. La garde royale a toujours marché avec la garde impériale et a été partout digne d’elle.

Venise sera réunie au royaume d’Italie.

Les villes de Bologne et de Brescia sont toujours les premières à se distinguer par leur énergie; aussi l’Empereur, en recevant les adresses de ces villes, a-t-il dit : Je sais que les villes de Bologne et Brescia sono mie di cuore.

L’Empereur a fort approuvé les dispositions du prince Louis pour la défense de la Hollande, la bonne position qu’il a prise à Nimègue et les mesures qu’il a proposées pour garantir la frontière du nord.

A propos mouvementbonapartiste

JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 6 février 2010 1016 - * Déclaration à la préfecture de Meurthe-et-Moselle. MOUVEMENT BONAPARTISTE Objet : défendre, faire connaître et étendre les principes et valeurs du Bonapartisme. Il s’appuie sur l’adhésion populaire à une politique de redressement conjuguant les efforts des particuliers, associations et services de l’État. Le mouvement défend les principes bonapartistes sur lesquels il est fondé, et qui régissent son fonctionnement intérieur. Il défend également la mémoire de Napoléon le Grand, ainsi que celle de Napoléon III et de leurs fils, Napoléon II et Napoléon IV. Il reconnait Napoléon IV comme ayant régné sans avoir gouverné, en vertu du plébiscite de mai 1870. Le mouvement ne reconnait pas d’empereur après 1879, en vertu de l’absence de plébiscite. Républicain, il privilégie le bonheur, les intérêts et la gloire des peuples, et n’envisage de rétablissement de l’Empire que si les fondements en sont républicains et le régime approuvé par voie référendaire.
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour 37e BULLETIN DE LA GRANDE ARMEE – 5 NIVOSE AN XIV DE LA REPUBLIQUE [26 DECEMBRE 1805]

  1. Ping : 2015/12 | mouvementbonapartiste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s