LE MEMORIAL DE SAINTE-HELENE – 17/12/1815

drapeau-du-mouvement-bonapartiste.jpg

MOUVEMENT BONAPARTISTE

TOUT POUR ET PAR LE PEUPLE
« Pour l’Honneur de la France, pour les intérêts sacrés de l’Humanité »
(Napoléon le Grand, 17 ventôse an VIII – samedi 8 mars 1800)

♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔

Aigle_Empire_MOUVEMENT BONAPARTISTE

Dimanche 17 décembre 1815

*

MA SITUATION MATERIELLE ADOUCIE

MON LIT CHANGE, ETC 

*

L’Empereur m’a fait demander à deux heures ; il commençait sa toilette. En me voyant il m’a trouvé pâle ; je lui ai dit que cela pouvait venir de l’atmosphère de ma chambre, dont le voisinage de la cuisine faisait une véritable étuve, souvent remplie de fumée. Il a voulu alors que je m’emparasse tout à fait du cabinet topographique pour y travailler le jour et y coucher la nuit, dans le lit même que l’amiral lui avait fait préparer, et dont il n’a pas voulu faire l’usage, préférant son lit de campagne habituel. En finissant sa toilette et choisissant parmi deux ou trois tabatières qu’il avait sous la main, il en a donné une assez brusquement à son valet de chambre (Marchand) : « Serrez cela, a-t-il dit, je la retrouve toujours sous mes yeux ; elle me fait mal ». Je ne saurais dire ce que c’était ; je présume toutefois qu’il s’agissait d’un portrait du roi de Rome.


L’Empereur est sorti, je l’ai suivi ; il a fait tout le tour de la maison et a voulu entrer dans ma chambre. Touchant un miroir de toilette, il m’a demandé si c’était celui qu’il m’avait donné. Puis, portant la main à la muraille que chauffe la cuisine, il m’a répété que je ne pouvais demeurer là ; qu’il voulait absolument que je couchasse désormais dans son lit du cabinet topographique, ajoutant la parole charmant que c’était le lit d’un ami.

Nous nous sommes dirigés ensuite vers une mauvaise ferme qui était en vue. Sur notre chemin se trouvait le casernement des Chinois : ce sont des hommes de main d’œuvre, des laboureurs, etc., que les bâtimens anglais enrôlent à Macao, qui restent dans l’île au service de la compagnie un certain nombre d’années, et s’en retournent après avoir recueilli un petit pécule, à la manière de nos Auvergnats. L’Empereur a voulu leur faire beaucoup de questions, mais nous n’avons jamais pu nous entendre.

Nous avons voulu ensuite entrer dans ce qu’on appelle la ferme de Longwood. L’expression avait séduit l’Empereur ; il croyait trouver ces belles fermes de Flandre ou d’Angleterre ; ce n’était que la fange de nos plus sales métairies. De là nous sommes descendus au jardin de la compagnie, formé dans la rigole des deux ravins opposés. L’Empereur a fait venir le jardinier et celui qui surveille le bétail de la compagnie et commande les Chinois, il leur a fait, à chacun, une foule de questions relatives à leurs emplois. Il est rentré très fatigué de sa course à pied : nous avions pourtant à peine fait un mille : mais c’était sa première excursion.

Avant dîner, l’Empereur m’a fait appeler, ainsi que mon fils, pour notre travail accoutumé. Il m’appelait paresseux, et me faisait observer que mon fils en riait sous cape. Il m’en a demandé la raison ; j’ai répondu que c’était sans doute parce que Sa Majesté le vengeait : « Ah ! j’entends, a-t-il dit en riant, je suis ici le grand-père ».

A propos mouvementbonapartiste

JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 6 février 2010 1016 - * Déclaration à la préfecture de Meurthe-et-Moselle. MOUVEMENT BONAPARTISTE Objet : défendre, faire connaître et étendre les principes et valeurs du Bonapartisme. Il s’appuie sur l’adhésion populaire à une politique de redressement conjuguant les efforts des particuliers, associations et services de l’État. Le mouvement défend les principes bonapartistes sur lesquels il est fondé, et qui régissent son fonctionnement intérieur. Il défend également la mémoire de Napoléon le Grand, ainsi que celle de Napoléon III et de leurs fils, Napoléon II et Napoléon IV. Il reconnait Napoléon IV comme ayant régné sans avoir gouverné, en vertu du plébiscite de mai 1870. Le mouvement ne reconnait pas d’empereur après 1879, en vertu de l’absence de plébiscite. Républicain, il privilégie le bonheur, les intérêts et la gloire des peuples, et n’envisage de rétablissement de l’Empire que si les fondements en sont républicains et le régime approuvé par voie référendaire.
Cet article, publié dans MEMORIAL DE SAINTE-HELENE, Références - Sources, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour LE MEMORIAL DE SAINTE-HELENE – 17/12/1815

  1. Ping : 2015/12 | mouvementbonapartiste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s