LE MEMORIAL DE SAINTE-HELENE – 07/12/1815

drapeau-du-mouvement-bonapartiste.jpg

MOUVEMENT BONAPARTISTE

TOUT POUR ET PAR LE PEUPLE
« Pour l’Honneur de la France, pour les intérêts sacrés de l’Humanité »
(Napoléon le Grand, 17 ventôse an VIII – samedi 8 mars 1800)

♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔

Aigle_Empire_MOUVEMENT BONAPARTISTE

Jeudi 7 décembre 1815

*

SUR LA NOUVELLE HELOISE ET SUR L’AMOUR

CONTRARIETES

*

L’Empereur m’a fait descendre de bonne heure chez lui. Il s’est mis à lire la Nouvelle Héloïse, s’arrêtant souvent sur l’art et la force des raisonnemens, le charme du style et des expressions ; il a lu plus de deux heures. Durant le déjeuner, l’ouvrage demeura le sujet de la conversation.

Jean-Jacques avait chargé son sujet, disait l’Empereur ; il avait peint la frénésie ; l’amour devait être un plaisir et non pas un tourment. Moi j’affirmais qu’il n’y avait rien dans Jean-Jacques qu’un homme n’ait pu sentir, et que le tourment même dont parlait l’Empereur était un bonheur. « Je vois, me disait-il en riant, que vous avez donné dans le romanesque ».

L’Empereur a repris la lecture après le déjeuner. Cependant, à mesure que nous avancions, il s’arrêtait de temps à autre ; la magie l’atteignait à son tour. Il finit par laisser le livre, et nous avons pris la route du jardin. « En effet, disait-il chemin faisant, cet ouvrage a du feu, il remue, il inquiète ». Le sujet a été traité à fond ; nous avons débité beaucoup de verbiage, à la suite duquel il a conclu que l’amour parfait était le bonheur idéal, que tous deux étaient aussi aériens l’un que l’autre, aussi fugitifs, aussi mystérieux, aussi inexplicables, et que l’amour, du reste, devait être l’occupation de l’homme oisif, la distraction du guerrier, l’écueil du souverain.

Le grand maréchal et M. Gourgaud nous ont rejoints ; ils arrivaient de Longwood. L’amiral, depuis quelques jours, était fort pressé de nous y envoyer ;  l’Empereur n’était pas moins désireux de s’y rendre ; il était si mal à Briars ! Toutefois il fallait que l’odeur de la peinture le lui permît ; il était impossible à son organisation particulière de la supporter ; jamais, dans les palais impériaux, il n’était arrivé de l’y exposer. Souvent, dans ses voyages, on avait été obligé de changer à la hâte les logemens qu’on lui avait préparés. A bord du Northumberland il avait été malade de la seule peinture du vaisseau. Ici on lui avait dit la veille que tout était prêt, qu’il n’y avait plus d’odeur. Il avait dès lors résolu de partir pour Longwood le surlendemain samedi, afin de jouir de l’absence des ouvriers le dimanche ; mais le grand maréchal et M. Gourgaud lui ont déclaré en cet instant qu’ils venaient de vérifier la place, qu’elle ne serait pas tenable ; ils se sont étendus longuement sur cet objet. L’Empereur a pris beaucoup d’humeur du premier rapport qu’on lui avait fait, et de la résolution qu’il lui avait fait prendre. Ces deux messieurs s’en sont retournés ; nous avons gagné l’allée inférieure, l’Empereur toujours assez mal disposé. M. de Montholon est arrivé de Longwood fort mal à propos ; il a répété que tout était préparé, que l’Empereur pouvait y aller quand il voudrait ; la contrariété et l’humeur ont éclaté à deux rapports aussi voisins et aussi contradictoires. Heureusement l’instant du dîner est venu faire diversion ; on avait mis le couvert dans la chambre à coucher, l’Empereur était assez enrhumé pour ne plus pouvoir supporter la tente. Après le dîner, il a repris sa lecture ; il a fini la journée comme il l’avait commencée, avec la Nouvelle Héloïse.

A propos mouvementbonapartiste

JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 6 février 2010 1016 - * Déclaration à la préfecture de Meurthe-et-Moselle. MOUVEMENT BONAPARTISTE Objet : défendre, faire connaître et étendre les principes et valeurs du Bonapartisme. Il s’appuie sur l’adhésion populaire à une politique de redressement conjuguant les efforts des particuliers, associations et services de l’État. Le mouvement défend les principes bonapartistes sur lesquels il est fondé, et qui régissent son fonctionnement intérieur. Il défend également la mémoire de Napoléon le Grand, ainsi que celle de Napoléon III et de leurs fils, Napoléon II et Napoléon IV. Il reconnait Napoléon IV comme ayant régné sans avoir gouverné, en vertu du plébiscite de mai 1870. Le mouvement ne reconnait pas d’empereur après 1879, en vertu de l’absence de plébiscite. Républicain, il privilégie le bonheur, les intérêts et la gloire des peuples, et n’envisage de rétablissement de l’Empire que si les fondements en sont républicains et le régime approuvé par voie référendaire.
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour LE MEMORIAL DE SAINTE-HELENE – 07/12/1815

  1. Ping : 2015/12 | mouvementbonapartiste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s