DÉCRETS IMPÉRIAUX DU 16 FRIMAIRE AN XIV DE LA RÉPUBLIQUE + 33e BULLETIN DE LA GRANDE ARMÉE

drapeau-du-mouvement-bonapartiste.jpg

MOUVEMENT BONAPARTISTE

TOUT POUR ET PAR LE PEUPLE
« Pour l’Honneur de la France, pour les intérêts sacrés de l’Humanité »
(Napoléon le Grand, 17 ventôse an VIII – samedi 8 mars 1800)

♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔

Picbadge Aigle et Bleuet

Camp impérial d’Austerlitz, 16 frimaire an XIV de la République [7 décembre 1805].

DÉCRET

ARTICLE 1-. – Les veuves des généraux morts à la bataille d’Austerlitz jouiront d’une pension de 6,000 francs leur vie durant; les veuves des colonels et des majors, d’une pension de 2,400 francs; les veuves des capitaines, d’une pension de 1,200 francs; les veuves des lieutenants et sous-lieutenants, d’une pension de 800 francs; les veuves des soldats, d’une pension de 900 francs.
ART. 2. – Notre ministre de la guerre est chargé de l’exécution du présent décret, qui sera mis à l’ordre du jour de l’armée et inséré au Bulletin des Lois.

NAPOLÉON

Camp impérial d’Austerlitz, 16 frimaire an XIV de la République [7 décembre 1805].

DÉCRET

ARTICLE 1er-. – Nous adoptons tous les enfants des généraux, officiers et soldats français morts à la bataille d’Austerlitz.
ART. 2. – Ils seront tous entretenus et élevés à nos frais; les garçons dans notre palais impérial de Rambouillet, et les filles dans notre palais impérial de Saint-Germain. Les garçons seront placés, et les filles mariées par nous.
ART. 3. – Indépendamment de leurs noms de baptême et de famille, ils auront le droit d’y joindre celui de Napoléon. Notre grand juge, ministre de la justice, fera remplir toutes les formalités voulues à cet égard par le Code civil.
ART. 4. – Notre grand maréchal du palais et notre intendant général de la couronne sont chargés de l’exécution du présent décret, qui sera mis à l’ordre du jour de l’armée et inséré au Bulletin des lois.

NAPOLÉON

Picbadge Aigle et Bleuet

33e BULLETIN DE LA GRANDE ARMÉE

Austerlitz, 7 décembre 1805

Le général en chef Buxhoevden a été tué avec un grand nombre d’autres généraux russes dont on ignore les noms. Nos soldats ont ramassé une grande quantité de décorations. Le général russe Koutouzof a été blessé, et son beau-fils, jeune homme de grand mérite, a été tué.

On a fait compter les cadavres; il en résulte qu’il y a 18,000 Russes tués, 600 Autrichiens et 900 Français. Nous avons 7,000 blessés russes. Tout compte fait, nous avons 3,000 blessés français. Le général Roger Valhubert est mort des suites de ses blessures. Il a écrit à l’Empereur une heure avant de mourir : J’aurais voulu faire plus pour vous; je meurs dans une heure; je ne regrette pas la vie, puisque j’ai participé à une victoire qui vous assure un règne heureux. Quand vous penserez aux braves qui vous étaient dévoués, pensez à ma mémoire. Il me suffit de vous dire que j’ai une famille; je n’ai pas besoin de vous la recommander.

Les généraux Kellermann, Sebastiani et Thiebault sont hors de danger. Les généraux Marisy et Demont sont blessés, mais beaucoup moins grièvement.

On sera sans doute bien aise de connaître les différents décrets que l’Empereur a pris successivement en faveur de l’armée; ils sorti ci-joints (cf 28 novembre, et plus bas).

Le corps du général Buxhoevden, qui était à la gauche, était de 27,000 hommes. Pas un n’a rejoint l’armée russe. Il a été plusieurs heures sous la mitraille de quarante pièces de canon, dont une partie servie par l’artillerie de la garde impériale, et sous la fusillade des divisions des généraux Saint-Hilaire et Friant. Le massacre a été horrible; la perte des Russes ne peut s’évaluer à moins de 45,000 hommes, et l’empereur de Russie ne s’en retournera pas chez lui avec plus de 25,000 hommes.

Puisse cette leçon profiter à ce jeune prince et lui faire abandonner le conseil qu’a acheté l’Angleterre ! Puisse-t-il reprendre le véritable rôle qui convient à son pays et à son caractère, et secouer enfin le joug de ces vils oligarques de Londres ! Catherine la Grande connaissait bien le génie et les ressources de la Russie, lorsque, dans la première coalition, elle n’envoya point d’armée et se contenta de secourir les coalisés par ses conseils et par ses vœux; mais elle avait l’expérience d’un long règne et du caractère de sa nation; elle avait réfléchi sur les dangers des coalitions. Cette expérience ne peut être acquise à vingt-cinq ans.

Lorsque Paul, son fils, fit marcher des armées contre la France, il sentit bientôt que les erreurs les plus courtes sont les meilleures; et, après une campagne, il retira ses troupes. Si Voronzof, qui est à Londres, n’était pas plus anglais que russe, il faudrait avoir une bien petite idée de ses talents pour supposer qu’il ait pu penser que soixante, quatre-vingt, cent mille Russes parviendraient à déshonorer la France, à lui faire subir le joug de l’Angleterre, à lui faire abandonner la Belgique, et à forcer l’Empereur à livrer sa couronne de fer à la race dégénérée des rois de Sardaigne.

Les troupes russes sont braves, mais beaucoup moins braves que les troupes françaises; leurs généraux, d’une inexpérience, et leurs soldats, d’une ignorance et d’une pesanteur qui rendent leurs armées en vérité peu redoutables; et d’ailleurs en supposant des victoires aux Russes, il eût fallu dépeupler la Russie pour arriver au but insensé que lui avaient prescrit les oligarques de Londres.

La bataille d’Austerlitz a été donnée sur le tombeau du célèbre Kaunitz. Cette circonstance a fait la plus grande impression sur la tête des Viennois. A force de prudence et de bonne conduite, et en la maintenant toujours en bonne harmonie avec la France, il avait porté l’Autriche à un haut degré de prospérité.

Voici les noms des généraux russes faits prisonniers ; beaucoup d’autres sont morts sur le champ de bataille :

Przybyezewski, Wimpfen , Müller-Zakomelski , Müller, Berg, Selkhof, Strick, Szerliakof, le prince Repnine, le prince Sibirski, Adrian, Lagonof, Sulima, Mezenkof, Woicikof.

Il y a, en outre, 4 ou 500 officiers prisonniers, dont 20 majors ou lieutenants-colonels, et plus de 100 capitaines.

L’Empereur a mandé à Brünn M. de Talleyrand, qui était à Vienne. Les négociations vont s’ouvrir à Nikolsburg.

M. Maret avait joint à Austerlitz Sa Majesté, qui y a signé le travail des ministres et du Conseil d’État.

L’Empereur a couché ce soir à Brünn.

Création maisons éducation LH 1806

A propos mouvementbonapartiste

JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 6 février 2010 1016 - * Déclaration à la préfecture de Meurthe-et-Moselle. MOUVEMENT BONAPARTISTE Objet : défendre, faire connaître et étendre les principes et valeurs du Bonapartisme. Il s’appuie sur l’adhésion populaire à une politique de redressement conjuguant les efforts des particuliers, associations et services de l’État. Le mouvement défend les principes bonapartistes sur lesquels il est fondé, et qui régissent son fonctionnement intérieur. Il défend également la mémoire de Napoléon le Grand, ainsi que celle de Napoléon III et de leurs fils, Napoléon II et Napoléon IV. Il reconnait Napoléon IV comme ayant régné sans avoir gouverné, en vertu du plébiscite de mai 1870. Le mouvement ne reconnait pas d’empereur après 1879, en vertu de l’absence de plébiscite. Républicain, il privilégie le bonheur, les intérêts et la gloire des peuples, et n’envisage de rétablissement de l’Empire que si les fondements en sont républicains et le régime approuvé par voie référendaire.
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour DÉCRETS IMPÉRIAUX DU 16 FRIMAIRE AN XIV DE LA RÉPUBLIQUE + 33e BULLETIN DE LA GRANDE ARMÉE

  1. Ping : LE MEMORIAL DE SAINTE-HELENE – 11-14/12/1815 | mouvementbonapartiste

  2. Ping : LE MEMORIAL DE SAINTE-HELENE – 15-16/12/1815 | mouvementbonapartiste

  3. Ping : LE MEMORIAL DE SAINTE-HELENE – 18-19/12/1815 | mouvementbonapartiste

  4. Ping : LE MEMORIAL DE SAINTE-HELENE – 27/12/1815 | mouvementbonapartiste

  5. Ping : ORDRE DU JOUR DE LA GRANDE ARMEE DU 4 NIVOSE AN XIV DE LA REPUBLIQUE [25 DECEMBRE 1805] | mouvementbonapartiste

  6. Ping : LE MEMORIAL DE SAINTE-HELENE – 29/12/1815 | mouvementbonapartiste

  7. Ping : 2015/12 | mouvementbonapartiste

  8. Ping : LE MÉMORIAL DE SAINTE-HÉLÈNE 1816/02/19 | mouvementbonapartiste

  9. Ping : CONFÉDÉRATION DES NATIONS D’EUROPE – 12 JUILLET 2016 | mouvementbonapartiste

  10. Ping : LES TRÉSORS DE NAPOLÉON LE GRAND | mouvementbonapartiste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s