LOI concernant les Mines, les Minières et les Carrières. 21 avril 1810.

drapeau-du-mouvement-bonapartiste.jpg

MOUVEMENT BONAPARTISTE

TOUT POUR ET PAR LE PEUPLE
« Pour l’Honneur de la France, pour les intérêts sacrés de l’Humanité »
(Napoléon le Grand, 17 ventôse an VIII – samedi 8 mars 1800)
♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔

LOI concernant les Mines, les Minières et les Carrières.

Le 21 avril 1810.

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et les Constitutions,

EMPEREUR DES FRANÇAIS, ROI D’ITALIE, PROTECTEUR DE LA CONFEDÉRATION DU RHIN, etc. etc. etc. à tous présens et à venir,

SALUT.

LE CORPS LÉGISLATIF a rendu,le 21 avril 1810, le décret suivant, conformément à la proposition faite au nom de l’Empereur et Roi, et après avoir entendu les orateurs du Conseil d’état et le président de la Commission d’administration intérieure.

D E C R E T.

T I T R E Ier.

Des Mines, Minières et Carrières.

ART. ler. Les masses de substances minérales ou fossiles renfermées dans le sein de la terre ou existantes à la surface, sont classées, relativement aux règles de l’exploitation de chacune d’elles, sous les trois qualifications de Mines, Minières et Carrières.

2. Seront considérées comme mines, celles connues pour contenir en filons, en couches ou en amas, de l’or, de l’argent du platine, du mercure, du plomb, du fer en filons ou couches, du cuivre, de l’étain, du zinc, de la calamine, du bismuth, du cobalt, de l’arsenic du manganèse, de l’antimoine, du molybdène, de la plombagine ou autres matières métalliques, du soufre, du charbon de terre ou de pierre, du bois fossile, des bitumes, de l’alun et des sulfates à base métallique.

3. Les minières comprennent les minerais de fer dits d’alluvion, les terres pyriteuses propres à être converties en sulfate de fer, les terres alumineuses et
les tourbes.

4. Les carrières renferment les ardoises, les grès, pierres à bâtir et autres, les marbres, granites, pierres à chaux,pierres à plâtre, les pouzzolanes, les trass, les basaltes, les laves, les marnes, craies, sables, pierres à fusil, argiles, kaolin, terres à foulon, terres à poterie, les substances terreuses et les cailloux de toute nature, les terres pyriteuses regardées comme engrais, le tout exploité à ciel ouvert ou avec des galeries souterraines.

TITRE II.

De la Propriété des Mines.

5. Les mines ne peuvent être exploitées qu’en vertu d’un acte de concession délibéré en Conseil d’état.

6. Cet acte règle les droits des propriétaires de la surface sur le produit des mines concédées.

7. Il donne la propriété perpétuelle de la mine, laquelle est dès-lors disponible et transmissible comme tous autres biens, et dont on ne peut être exproprié que dans les cas et selon les formes prescrites pour les autres propriétés , conformément au Code Napoléon et au Code de procédure civile (Voy. la note I). Toutefois une mine ne peut être vendue par lots ou partagée, sans une autorisation préalable du Gouvernement donnée dans les mêmes formes que la concession.

8. Les mines sont immeubles.

Sont aussi immeubles, les bâtimens, machines, puits, galeries et autres travaux établis à demeure, conformément à l’art. 524 du Code Napoléon (Voy. note II ).

Sont aussi immeubles par destination, les chevaux, agrès, outils et ustensiles servant à l’exploitation.

Ne sont considérés comme chevaux attachés à l’exploitation, que ceux qui sont exclusivement attachés aux travaux intérieurs des mines.

Néanmoins les actions ou intérêts dans une societé ou entreprise pour l’exploitation des mines, seront réputés meubles, conformément à l’article 529 du Code Napoléon (Voy. note III).

9. Sont meubles, les matières extraites, les approvisionnement et autres objets mobiliers.

T I T R E I I I.

Des Actes qui précèdent la demande en concession de Mines.

S E C T I O N PREMIÈRE.

De la Recherche et de la Découverte des Mines.

10. Nul ne peut faire des recherches pour découvrir des mines, enfoncer des sondes ou tarières sur un terrain qui ne lui appartient pas, que du consentement du propriétaire de la surface, ou avec l’autorisation du Gouvernement, donnée après avoir consulté l’administration des mines, à la charge d’une préalable indemnité envers le propriétaire et après qu’il aura été entendu.

11. Nulle permission de recherches ni concession de mines ne pourra, sans le consentement formel du propriétaire de la surface, donner le droit de faire des sondes et d’ouvrir des puits ou galeries, ni celui d’établir des machines ou magasins dans les enclos murés, cours ou jardins, ni dans les terrains attenant aux habitations ou clôtures murées, dans la distance de cent mètres desdites clôtures ou des habitations.

12. Le propriétaire pourra faire des recherches, sans formalité préalable, dans les lieux réservés par le précédent article, comme dans les autres parties de sa propriété; mais il sera obligé d’obtenir une concession avant d’y établir une exploitation. Dans aucun cas, les recherches ne pourront être autorisées dans un terrain déjà concédé.

S E C T I O N I I.

De la préférence à accorder pour les Concessions.

13. Tout Français ou tout étranger, naturalisé ou non en France, agissant isolément ou en société, a le droit de demander et peut obtenir, s’il y a lieu, une concession de mines.

14. L’individu ou la société doit justifier des facultés nécessaires pour entreprendre et conduire les travaux, et des moyens de satisfaire aux redevances, idemnités, qui lui seront imposées par l’acte de concession.

15. Il doit aussi, le cas arrivant de travaux à faire sous des maisons ou lieux d’habitation, sous d’autres exploitations ou dans leur voisinage immédiat, donner caution de payer toute indemnité, en cas d’accident: les demandes ou oppositions des intéressés seront, en ce cas, portées devant nos tribunaux et cours.

16. Le Gouvernement juge des motifs ou considérations d’après lesquels la préférence doit être accordée aux divers demandeurs en concession, qu’ils soient propriétaires de la surface, inventeurs ou autres.

En cas que l’inventeur n’obtienne pas la concession d’une mine, il aura droit à une indemnité de la part du concessionnaire; elle sera réglée par l’acte de concession.

17. L’acte de concession fait après l’accomplissement des formalités prescrites , purge, en faveur du concessionnaire, tous les droits des propriétaires de la surface et des inventeurs, ou de leurs avant-droit, chacun dans leur ordre, après qu’ils ont été entendus ou appelés légalement, ainsi qu’il sera ci-après réglé.

18. La valeur des droits résultant en faveur du propriétaire de la surface, en vertu de l’article 6 de la présente loi, demeurera reunie la valeur de ladite surface, et sera affectée avec elle aux hypothèques prises par les créanciers du propriétaire.

19. Du moment où une mine sera concédée, même au propriétaire de la surface, cette propriété sera distinguée de celle de la surface, et désormais considérée comme propriété nouvelle, sur laquelle de nouvelles hypothèques pourront être assises, sans préjudice de celles qui auraient été ou seraient prises sur la surface et la redevance, comme il est dit à l’article précédent.

Si la concession est faite au propriétaire de la surface, ladite redevance sera évaluée pour l’exécution dudit article.

20. Une mine concédée pourra être affectée, par privilège, en faveur de ceux qui, par acte public et sans fraude, justifieraient avoir fourni des fonds pour les recherches de la mine, ainsi que pour les travaux de construction ou confection de machines nécessaires à son exploitation , à la charge de se conformer aux articles 2103 et autres du Code Napoléon, relatifs aux privilèges (Voy. note IV).

21. Les autres droits de privilège et d’hypothèque pouront être acquis sur la propriété de la mine, aux termes et en conformité du Code Napoléon, comme sur les autres propriétés immobilières (Voy. note V ) .

TITRE IV.

Des Concessions.

S E C T I O N P R E M I E R E.

De l’obtention des Concessions.

22. La demande en concession sera faite par voie de simple pétition adressée au Préfet, qui sera tenu de la faire enregistrer à sa date sur un registre particulier, et d’ordonner les publications et affiches dans les dix jours.

23. Les affiches auront lieu pendant quatre mois, dans le Chef-lieu du département, dans celui de l’arrondissement où la mine est située, dans le lieu du domicile du demandeur, et dans toutes les communes dans le territoire desquelles la concession peut s’étendre: elles seront insérées dans les journaux de département.

24. Les publications des demandes en concession de mines auront lieu devant la porte de la maison commune et des églises paroissiales et consistoriales, à la diligence des maires, à l’issue de l’office, un jour de dimanche, et au moins une fois par mois pendant la durée des affiches. Les maires seront tenus de certifier ces publications.

25. Le secrétaire-général de la préfecture delivrera au requérant, un extrait certifié de l’enregistrement de la demande en concession.

26. Les demandes en concurrence et les oppositions qui y seront formées, seront admises devant le Préfet jusqu’au dernier jour du quatrirème mois, à compter de la date de l’affiche: elles seront notifiées par actes extrajudiciaires à la préfecture du département, où elles seront enregistrées sur le registre indiqué à l’article 22. Les oppositions seront notifiées aux parties intéressées, et le registre sera ouvert à tous ceux qui en demanderont communication.

27, A l’expiration du délai des affiches et publications, et sur la preuve de l’accomplissement des formalités portées aux articles précédents, dans le mois qui suivra au plus tard, le Préfet du département, sur l’avis de l’ingénieur des mines, et après avoir pris des informations sur les droits et les facultés des demandeurs, donnera son avis, et le transmettra au ministre de l’intérieur.

28. Il sera définitivement statué sur la demande en concession, par un décret impérial délibéré en Conseil d’état.

Jusqu’à l’émission du décret, toute opposition sera admissible devant le Ministre de l’intérieur ou le secrétaire-général du Conseil d’état: dans ce dernier cas, elle aura lieu par une requête signée et présentée par un avocat au conseil, comme il est pratiqué pour les affaires cont~entieuses; et, dans tous les cas, elle sera notifiée aux parties intéressées.

Si l’opposition est motivée sur la propriété de la mine acquise par concession ou autrement, les parties seront renvoyées devant les tribunaux et cours.

29. L’étendue de la concession sera déterminée par l’acte de concession : elle sera limitée par des points fixes, pris à, la surface du sol, et passant par des plans verticaux menés de cette surface dans l’intérieur de la terre à une profondeur indéfinie, à moins que les circonstances et les localités ne nécessitent un autre mode de limitation.

30. Un plan régulier de la surface, en triple expédition, et sur une échelle de dix millimètres pour cent mètres, sera annexé à la demande.

Ce plan devra être dressé ou vérifié par l’ingénieur des mines, et certifié par le Préfet du département.

31. Plusieurs concessions pourront être réunies entre les mains du même concessionnaire soit comme individu, soit comme représentant une compagnie, mais à la charge de tenir en activité l’exploitation de chaque concession.

S E C T I O N I I.

Des obligations des Propriétaires de mines.

32. L’exploitation des mines n’est pas considérée comme un commerce, et n’est pas sujette à patente.

33. Les propriétaires de mines sont tenus de payer à l’État une redevance fixe, et une redevance proportionnée au produit de l’extraction .

34. La redevance fixe sera annuelle, et réglée d’après l’étendue de celle-ci: elle sera de 10 fr. par kilomètre carré.

La redevance proportionnelle sera une contribution annuelle, à laquelle les mines seront assujetties sur leurs produits.

35. La redevance proportionnelle sera réglée chaque année, par le budjet de l’État, comme les autres contributions publiques: toutefois elle ne pourra jamais s’élever au-dessus de cinq pour cent du produit net. Il pourra être fait un abonnement pour ceux des propriétaires des mines qui le demanderont.

36. Il sera imposé en sus un décime pour franc, lequel formera un fonds de non-valeur, à la disposition du Ministre de l’intérieur, pour dégrèvement en faveur des propriétaires des mines qui éprouveront des pertes ou accidens.

37. La redevance proportionnelle sera imposée et perçue comme la contribution foncière.

Les réclamations à fin de dégrèvement ou de rappel à l’égalité proportionnelle, seront jugées par les conseils de préfecture. Le dégrèvement sera de droit, quand l’exploitant justifiera que sa redevance excède cinq pour cent du produit net de son exploitation.

38. Le Gouvernement accordera, s’il y a lieu, pour les exploitations qu’il en jugera susceptibles, et par un article de l’acte de concession, ou par un décret spécial délibéré en Conseil d’État pour les mines déjà concédées, la remise en tout ou partie du paiement de la redevance proportionnelle, pour le tome qui sera jugé convenable; et ce, comme encouragement, en raison de la difficulté des travaux: semblable remise pourra aussi être accordée comme dédommagement, en cas d’accident de force majeure qui surviendrait pendant l’exploitation.

39 Le produit de la redevance fixe et de la redevance proportionnelle formera un fonds spécial, dont il sera tenu un compte particulier au trésor public, et qui sera appliqué aux dépenses de l’administration des mines, et a celles des recherches, ouvertures et mises en activiér des mines nouvelles ou rétablissement de mines anciennes.

40. Les anciennes redevances dues à l’État, soit en vertu de lois, ordonnances ou règlemens, soit d’après les conditions énoncées en l’acte de concession, soit d’aprrs des baux et adjudications au profit de la régie du domaine, cesseront d’avoir cours, à compter du jour où }es redevances nouvelles seront établies.

41. Ne sont point comprises dans l’abrogation des anciennes redevances, celles dues à titre de rentes, droits et prestations quelconques, pour cession de fonds ou autres causes semblables, sans déroger toutefois à l’application des lois qui ont supprimé les droits féodaux.

42. Le droit attribué par l’article 6 de la présente loi aux propriétaires de la surface, sera réglé à une somme déterminée par l’acte de concession.

43. Les propriétaires de mines sont tenus de payer les indemnités dues au propriétaire de la surface sur le terrain duquel ils établiront leurs travaux.

Si les travaux entrepris par les explorateurs ou par les propriétaires de mines ne sont que passagers, et si le sol où ils ont été faits peut être remis en culture au bout d’un an commune il l’était auparavant, l’indemnité sera réglée au double de ce qu’aurait produit net le terrain endommagé.

44. Lorsque l’occupation des terrains pour la recherche ou les travaux des mines, prive les propriétaires du sol de la jouissance du revenu au delà du temps d’une année, ou lorsqu’après les travaux, les terrains ne sont plus propres à la culture, on peut exiger des propriétaires des mines, l’acquisition des terrains à l’usage de l’exploitation. Si le propriétaire de la surface le requiert, les pièces de terre trop endommagées ou dégradrés sur une trop grande partie de leur surface, devront être achetées en totalité par le propriétaire de la mine.

L’évaluation du prix sera faite, quant au mode, suivant les règles établies par la loi du 16 septembre 1807, sur le dessèchement des marais, etc. titre XI; mais le terrain à acquérir sera toujours estimé au double de la valeur qu’il avait avant l’exploitation de la mine (Voy. note VI).

45. Lorsque, par l’effet du voisinage ou pour toute autre cause, les travaux d’exploitation d’une mine occasionnent des dommages à l’exploitation d’une autre mine, à raison des eaux qui pénètrent dans cette dernière en plus grande quantité ; lorsque, d’un autre côté, ces mêmes travaux produisent un effet contraire et tendent à évacuer tout ou partie des eaux d’une autre mine, il y aura lieu à indemnité d’une mine en faveur de l’autre: le règlement s’en fera par experts.

46. Toutes les questions d’indemnité à payer par les propriétaires de mines, à raison de recherches ou travaux antérieurs à l’acte de concession, seront décidées conformément à l’article 4 de la loi du 28 pluviôse an VIII. (Voy. note VII).

T I T R E V.

De l’exercice de la surveillance sur les Mines par L’Administration.

47. Les ingénieurs des mines exerceront, sous les ordres du Ministre de l’intérieur et des Préfets, une surveillance de police pour la conservation des édifices et la sureté du sol.

48. Ils observeront la manière dont l’exploitation sera faite, soit pour éclairer les propriétaires sur ses inconvéniens ou son amélioration, soit pour avertir l’administration, des vices, abus ou dangers qui s’y trouveraient.

49. Si l’exploitation est restreinte ou suspendue, de manière à inquiéter la sûreté publique ou les besoins des consommateurs, les Préfets, après avoir entendit les propriétaires, en rendront compte au Ministre de l intérieur pour y etre pourvu ainsi qu’il appartiendra.

50. Si l’exploitation compromet la sûreté publique, la conservation des puits, la solidité des travaux, la sûreté des ouvriers mineurs ou des habitations de la surface, il y sera pourvu par le Préfet, ainsi qu’il est pratiqué en matière de grande voirie et selon les lois. (Voy. note VIII ).

TITRE VI.

Des Concessions on Jouissances des Mines, antérieures à la présente Loi.

Paragraphe Ier
Des anciennes Concessions en général.

51. Les concessionnaires antérieurs à la présente loi deviendront, du jour de sa publication, propriétaires incommutables, sans aucune formalité préalable d’affiches, vérifications de terrain ou autres préliminaires, à la charge seulement d’exécuter, s’il y en a, les conventions faites avec les propriétaires de la surface, et sans que ceux-ci puissent se prévaloir des articles 6 et 42.

52. Les anciens concessionnaires seront, en consequence, soumis au paiement des contributions, comme il est dit à la section II du titre IV, article 33 et 34, à compter de l’année 1811.

Paragraphe II
Des Exploitations pour lesquelles on n’a pas exécuté la Loi de 1791.

53. Quant aux exploitans de mines qui n’ont pas exécuté la loi de 1791, et qui n’ont pas fait fixer conformément à cette loi les limites de leurs concessions, ils obtiendront les concessions de leurs exploitations actuelles conformément à la présente loi; à l’effet de quoi les limites de leurs concessions seront fixées sur leurs demandes ou à la diligence des Préfets, à la charge seulement d’exécuter les conventions faites avec les propriétaires de la surface, et sans que ceux-ci puissent se prévaloir des articles 6 et 42. de la présente loi.

54. Ils paieront en conséquence les redevances, comme il est dit à l’art. 52.

55. En cas d’usages locaux ou d’anciennes lois qui donneraient lieu à la décision de cas extraordinaires, les cas qui se présenteront seront décidées par les actes de concession ou par les jugemens de nos cours et tribunaux, selon les droits résultant pour les parties, des usages établis, des prescriptions légalement acquises, ou des conventions réciproques.

56. Les difficultés qui s’élèveraient entre l’administration et les exploitans, relativement à la limitation des mines, seront décidées par l’acte de concession.

A l’égard des contestations qui auraient lieu entre des exploitans voisins, elles seront jugées par les tribunaux et cours.

TITRE VII.

Règlemens sur la Propriété et l’Exploitation des Minières, et sur l’Etablissement des Forges, Fourneaux et Usines.

S E C T I O N P R E M I E R E.
Des Minières.

57. L’exploitation des minières est assujettie à des règles spéciales.

Elle ne peut avoir lieu sans permission.

68. La permission drtermine les limites de l’exploitation et les règles sous les rapports de sûreté et de salubrité publiques.

S E C T I O N II.

De la Propriété et de l’Exploitation des Minerais de fer d’alluvion.

59. Le propriétaire du fonds sur lequel il y a du minerai de fer d’alluvion, est tenu d’exploiter en quantité suffisante pour fournir, autant que faire se pourra, aux besoins des usines établies dans le voisinage avec autorisation légale: en ce cas, il ne sera assujetti qu’à en faire la déclaration au Préfet du département; elle contiendra la désignation des lieux : le Préfet donnera acte de cette declaration, ce qui vaudra permission pour le propriétaire, et l’exploitation aura lieu par lui sans autre formalité.

60. Si le propriétaire n’exploite pas, les maîtres de forges auront la faculté d’exploiter à sa place; à la charge, 1. d’en prévenir le propriétaire, qui, dans un mois, à compter de la notification, pourra déclarer qu’il entend exploiter lui-même, 2. d’obtenir du Préfet la permission, sur l’avis de l’ingénieur des mines, après avoir entendu le propriétaire.

61. Si, après l’expiration du délai d’un mois, le propriétaire ne déclare pas qu’il entend exploiter, il sera censé renoncer à l’exploitation; le maître de forges pourra, après la permission obtenue, faire les fouilles immédiatement dans les terres incultes et en jachères, et, après la récolte, dans toutes les autres terres.

62. Lorsque le propriétaire n’exploitera pas en quantité suffisante, ou suspendra ses travaux d’extraction pendant plus d’un mois sans cause légitime, les maîtres de forges se pourvoiront auprès du Préfet pour obtenir la permission d’exploiter à sa place.

Si le maître de forge laisse écouler un mois sans faire usage de cette permission, elle sera regardée comme non avenue, et le propriétaire de terrain rentrera dans tous ses droits.

63. Quand un maître de forges cessera d’exploiter un terrain, il sera tenu de le rendre propre à la culture, ou d’indemniser le propriétaire.

64. En cas de concurrence entre plusieurs maîtres de forges pour l’exploitation dans un même fonds, le préfet déterminera, sur l’avis de l’Ingénieur des mines, les proportions dans lesquelles chacun d’eux pourra exploiter; sauf le recours au Conseil d’Etat.

Le Préfet réglera de même les proportions dans lesquelles chaque maître de forges aura droit à l’achat du minerai, s’il est exploité par le propriétaire.

65. Lorsque les propriétaires feront l’extraction du minerai pour le vendre aux maîtres de forges, le prix en sera réglé entre eux de gré a gré, ou par des experts choisis ou nommés d’office, qui auront égard a la situation des lieux, aux frais d’extraction et aux dégâts qu’elle aura occasionnés.

66. Lorsque les maîtres de forges auront fait extraire le minerai, il sera du au propriétaire du fonds, et avant l’enlèvement du minerai, une idemnité qui sera aussi réglée par experts, lesquels auront égard à la situation des lieux, aux dommages causés, à la valeur du minerai, distraction faite des frais d’exploitation .

67. Si les minerais se trouvent dans les forêts impériales, dans celles des établissements publics, ou des communes, la permission de les exploiter ne pourra être accordée qu’après avoir entendu l’administration forestière. L’acte de permission déterminera l’étendue des terrains dans lesquels les fouilles pourront être faites: ils seront tenus, en outre, de payer les dégats occasionnés par l’exploitation, et de repiquer en glands ou plants, les places qu elle aurait endommagées, ou une autre étendue proportionnelle déterminée par la permission.

68. Les propriétaires ou maîtres de forges ou d’usines exploitant les minerais de fer d’alluvion, ne pourront, dans cette exploitation , pousser des travaux réguliers par des galeries souterraines, sans avoir obtenu une concession, avec les formalités et sous les conditions exigées par les articles de la section première du titre III et les dispositions du titre IV.

69. Il ne pourra être accordé aucune concession pour minerai d’alluvion ou pour des mines en filons ou couches, que dans les cas suivans:

1. Si l’exploitation à ciel ouvert cesse d’être possible, et si l’établissement de puits, galeries et travaux d’art est nécessaire ;

2. Si l’exploitation, quoique possible encore, doit durer peu d’années, et rendre ensuite impossible l’exploitation avec puits et galeries.

70. En cas de concession, le concessionnaire sera tenu toujours, 1. de fournir aux usines qui s’approvisionnaient de minerai sur les lieux compris en la concession, la quantité nrcessaire à leur exploitation, au prix qui sera porté au caher des charges ou qui sera fixé par l’administration; 2. d’indemniser les propriétaires au profit desquels l’exploitation avait lieu, dans la proportion du revenu qu’ils en tiraient.

S E C T I O N III.
Des Terres pyriteuses et alumineuses.

71. L’exploitation des terres pyriteuses et alumineuses sera assujettie aux formalités prescrites par les articles 57 et 58, soit qu’elle ait lieu par les propriétaires des fonds, soit par d’autres individus qui, à défaut par ceux-ci d’exploiter, en auraient obtenu la permission.

72. Si l’exploitation a lieu par des non-propriétaires, ils seront assujettis, en faveur des propriétaires, à une indemnité qui sera réglée de gré à gré ou par experts.

S E C T I O N IV.
Des Permissions pour l’établissement des Fourneaux, Forges et Usines.

73. Les fourneaux à fondre les minerais de fer et autres substances métalliques, les forges et martinets pour ouvrer le fer et le cuivre, les usines servant de patouillets et bocards, celles pour le traitement des substances salines et pyriteuses, dans lesquelles on consomme des combustibles, ne pourront être établis que sur une permission accordée par un règlement d’administration publique.

74. La demande en permission sera adressée au Préfet, enregistrée le jour de la remise sur un registre spécial à ce destiné, et affichée pendant quatre mois dans le chef-lieu du département, dans celui de l’arrondissement, dans la commune où sera situé l’établissement projeté, et dans le lieu du domicile du demandeur.

Le Préfet, dans le délai d’un mois, donnera son avis tant sur la demande que sur les oppositions et les demandes en préférence qui seraient survenues; l’administration des mines donnera le sien sur la quotité du minerai à traiter; ]’administration des forêts, sur l’établissement des bouches a feu en ce qui concerne les bois, et l’administration des ponts-et-chaussées, sur ce qui concerne les cours d’eau navigables ou flottables.

75. Les impétrans des permissions pour les usines, supporteront une taxe une fois payée, laquelle ne pourra être au-dessous de cinquante francs, ni excéder trois cents francs.

S E C T I O N V.
Dispositions générales sur les Permissions.

76. Les permissions seront données à la charge d’en faire usage dans un délai déterminé; elles auront une durée indéfinie, a moins qu’elles n’en contiennent la limitation.

77. En cas de contraventions, le procès-verbal dressé par les autorités compétentes sera remis au Procureur impérial, lequel poursuivra la révocation de la permission, s’il y a lieu, et l’application des lois pénales qui y sont relatives.

78. Les établissemens actuel]ement existants sont maintenus dans leur jouissance, à la charge par ceux qui n’ont jamais eu de permission, ou qui ne pourraient représenter la permission obtenue précédemment, d’en obtenir une avant le premier janvier 1813, sous peine de payer un triple droit de permission pour chaque année pendant laquelle ils auront négligé de s’en pourvoir et continué de s’en
servir.

79. L’acte de permission d’établir des usines à traiter le fer, autorise les impétrans à faire des fouilles même hors de leurs propriétés, et à exploiter les minerais par eux découverts, ou ceux antérieurement connus, à la charge de se conformer aux dispositions de la section II.

80. Les impétrans sont aussi autorisés à établir des patouillets, lavoirs et chemins de charroi, sur les terrains qui ne leur appartiennent pas, mais sous les restrictions portées en l’article 11; le tout à Charge d’indemnité envers les propriétaires du sol, et en les prévenant un mois d’avance.

TITRE VIII.

SECTION PREMIÈRE
Des Carrières.

81. L’exploitation des carrières à ciel ouvert a lieu sans permission, sous la simple surveillance de la police, et avec l’observation des lois ou reglemens généraux ou locaux.

82. Quand l’exploitation a lieu par galeries souterraines, elle est soumise a la surveillance de l’administration, comme il est dit au titre V.

S E C T I O N I I.
Des Tourbières.

83. Les tourbes ne peuvent être exploitées que par le propriétaire du terrain, ou de son consentement.

84. Tout propriétaire actuellement exploitant, ou qui voudra commencer a exploiter des tourbes dans son terrain, ne pourra continuer ou commencer son exploitation, à peine de cent francs d’amende, sans en avoir préalablement fait la déclaration à la sous-préfecture et obtenu l’autorisation.

85. Un règlement d’administration publique déterminera la direction générale des travaux d’extraction dans le terrain ou sont situées les tourbes, celle des rigoles de dessèchement , enfin toutes les mesures propres à faciliter l’écoulement des eaux dans les vallées, et l’attérissement des entailles tourbées.

86. Les propriétaires exploitons, soit particuliers, soit communautés d’habitats, soit établissemens publics, sont tenus de s’y conformer, a peine d’être contraints à cesser leurs travaux.

T I T R E I X.
Des Expertises.

87. Dans tous les cas prévus par la présente loi et autres naissant des circonstances, où il y aura lieu à expertise, les dispositions du titre XIV du Code de procédure civile, articles 303 à 323, seront exécutées. ( Voyez note IX ).

88. Les experts seront pris parmi les ingenieurs des mines, ou parmi les hommes notables et expérimentés dans le fait des mines et de leurs travaux.

89. Le Procureur impérial sera toujours entendu, et donnera ses conclusions sur le rapport des experts.

90. Nul plan ne sera admis comme pièce probante dans une contestation, s’il n’a été levé ou vérifié par un ingénieur des mines. La vérification des plans sera toujours gratuite.

91. Les frais et vacations des experts seront réglés et arrêtés, selon les cas, par les tribunaux: il en sera de même des honoraires qui pourront appartenir aux ingénieurs des mines: le tout suivant le tarif qui sera fait par un réglement d’administration publique.

Toutefois il n’y aura pas lieu à honoraires pour les ingénieurs des mines, lorsque leurs opérations auront été faites, soit dans l’intérêt de l’administration, soit à raison de la surveillance et de la police publiques.

92. La consignation des sommes jugées nécessaires pour subvenir aux frais d’expertise pourra être ordonnée par le tribunal contre celui qui poursuivra l’expertise.

TITRE X.
De la Police et de la Juridiction relatives aux Mines

93. Les contraventions des propriétaires de mines exploitants non encore concessionnaires ou autres personnes, aux lois et réglemens, seront dénoncées et constatées, comme les contraventions en matière de voirie et de police ( Voyez note X ).

94. Les procès-verbaux contre les contrevenans seront affirmés dans les formes et délais prescrits par les lois.

95. Ils seront adresse en originaux à nos procureurs impériaux, qui seront tenus de poursuivre d’office les contrevenans devant les tribunaux de police correctionnelle, ainsi qu’il est réglé et usité pour les délits forestiers ( Voyez note XI), et sans préjudice des dommages-intérêts des parties.

96. Les peines seront d’une amende de cinq cents fr. au plus et de cent fr. au moins, double en cas de récidive, et d’une détention qui ne pourra excéder la durée fixée par le Code de police correctionnelle.

Collationnée à l’original , par nous président et secrétaires du Corps législatif. Paris, le 21 avril 1810. Signé le Comte de Montesquiou, président ; Puymaurin, Debosque, Plasschaert, Grellet, secrétaires.

MANDONS et ordonnons que les présentes, revêtues des sceaux de l’État, insérées au Bulletin des lois, soient adressées aux Cours, aux Tribunaux et aux autorités administratives, pour qu’ils les inscrivent dans leurs registres, les observent et les fassent observer; et notre Grand-Juge, Ministre de la justice, est chargé d’en surveiller la publication.

Donné a Anvers, le 1er mai de l’an 1810.

Signé NAPOLÉON.

Vu par nous Archichancelier de l’Empire,

Signé CAMBACÉRÈS.

Le Grand-Juge Ministre de la Justice,

Signé DUC DE MASSA.

Par l’empereur:

Le Ministre Secrétaire d’État,

Signé H. B. DUC DE BASSANO.

Certifié conforme par nous
Grand-Juge Ministre de la Justice :

Le Duc de MASSA.

MB_bbr_or

A propos mouvementbonapartiste

JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 6 février 2010 1016 - * Déclaration à la préfecture de Meurthe-et-Moselle. MOUVEMENT BONAPARTISTE Objet : défendre, faire connaître et étendre les principes et valeurs du Bonapartisme. Il s’appuie sur l’adhésion populaire à une politique de redressement conjuguant les efforts des particuliers, associations et services de l’État. Le mouvement défend les principes bonapartistes sur lesquels il est fondé, et qui régissent son fonctionnement intérieur. Il défend également la mémoire de Napoléon le Grand, ainsi que celle de Napoléon III et de leurs fils, Napoléon II et Napoléon IV. Il reconnait Napoléon IV comme ayant régné sans avoir gouverné, en vertu du plébiscite de mai 1870. Le mouvement ne reconnait pas d’empereur après 1879, en vertu de l’absence de plébiscite. Républicain, il privilégie le bonheur, les intérêts et la gloire des peuples, et n’envisage de rétablissement de l’Empire que si les fondements en sont républicains et le régime approuvé par voie référendaire.
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour LOI concernant les Mines, les Minières et les Carrières. 21 avril 1810.

  1. Ping : 04/2015 | mouvementbonapartiste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s