Protection de la qualité de l’eau potable : lettre ouverte aux élus.

DRAPEAU DU MOUVEMENT BONAPARTISTEMOUVEMENT BONAPARTISTE

TOUT POUR ET PAR LE PEUPLE
« Pour l’Honneur de la France, pour les intérêts sacrés de l’Humanité ».
(Napoléon le Grand, 17 ventôse an VIII – samedi 8 mars 1800)
♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔

Mme, M. le Député /Sénateur

MOUVEMENT BONAPARTISTE
3, rue du Point du Jour, 54210 Saint Nicolas-de-Port

Le mardi 2 septembre 2014.

Objet Santé publique : protection de la qualité de l’eau par filtration des molécules chimiques médicamenteuses.

Madame, Monsieur le Maire / Conseiller général / Député / Sénateur,

Il est à ce jour établi que les résidus de médicaments sont présents dans l’eau de captage, des résidus qui ne sont filtrés, ni lors des rejets, ni lors de la redistribution de celle-ci, car les centres d’épuration ou stations de traitements n’en n’ont pas l’obligation. La toxicité et la nocivité de ces médicaments est indiscutable. Le contrôle doit donc être une obligation légale, afin de protéger la population des dangers réels qu’elle subit en absorbant ces derniers. Parmi les résidus rencontrés, l’on peut citer les antiépileptiques, anti-inflammatoires, antidiabétiques, antibiotiques, pilules contraceptives (énumération non-exhaustive). Il s’agit d’un problème soulevé par l’Académie Nationale des Pharmacies, le toxicologue Jean-Marie Haguenoer, le Médecin du Travail Claude Danglo, c’est-à-dire autant de spécialistes qualifiés et reconnus défendant cette cause.

La présence de médicaments dans l’environnement modifie les poissons, les rendant hermaphrodites ou en les féminisant lorsqu’ils ingurgitent de résidus de pilules contraceptives. Ce sont les perturbateurs endocriniens qui en sont la cause, un constat évoqué en 2003, dans une étude du Ministère de l’Ecologie, dans le Seine et le Rhône. Il en ressort aussi que cette pollution latente est responsable des résistances des microbes aux antibiotiques.

Les rejets sans filtration des molécules médicamenteuses dans les eaux usées constituent un problème majeur de santé publique, il est donc urgent et légitime de s’y atteler en proposant des lois de filtration obligatoire. Il n’est d’ailleurs pas anodin que les lieux où les rejets sont importants sont les hôpitaux et cliniques ou cabinets vétérinaires, par l’évacuation dans les urées par les malades, ainsi que les élevages. Il ne suffit pas de communiquer, informer sur l’usage des médicaments, la collecte des médicaments usagés, ou former les personnels soignants, vétérinaires et autres lieux d’élevages, puisqu’il restera de toute façon des médicaments rejetés par les urées et les fèces. La contamination des eaux de surface et milieux aquatique est à exclure au plus vite, en recherchant un seuil proche de zéro ng/L.

Il est impératif que lors des évacuations de ces eaux usées, la pré-filtration des médicaments, soit obligatoire pour préserver la vie animale, il est aussi impérieux que lors du captage l’eau soit filtrée pour s’assurer d’une consommation saine. En 2011, un Plan National sur les résidus des médicaments dans les eaux a été mené, qu’en est-il aujourd’hui ? Quelles avancées ? Nombre d’études sont réalisées pour confirmer la dangerosité de ces résidus, provocants probablement certains cancers voire même des résistances aux antibiotiques. Le Ministère de la Santé a pris des mesures au travers des Plans Nationaux Santé et Environnement et Plans Cancer, pour limiter les substances dangereuses, médicamenteuses et perturbateurs endocriniens dans l’eau. Les mesures 13 et 14 du Plan 2003/2007 instauré par la loi 2004-806 du 9 Août 2004 relative à la politique de santé publique renforce la lutte contre le cancer et recommande l’étude des résidus anticancéreux dans l’eau. Quels résultats ?

Les études menées et la commande de nouvelles études pour confirmer et reconfirmer ne font pas cette cause. Il faut immédiatement préserver la santé des animaux vivants dans les eaux de surface ainsi que la santé des populations consommant l’eau du robinet. En effet, il n’y a pas lieu de rechercher quelle molécule de médicaments est la plus dangereuse pour imposer sa filtration car ce sont toutes les molécules médicamenteuses qui doivent être enlevés de la consommation.

En premier lieu, le seul fait d’imposer la filtration des eaux usées des établissements de soins devrait déjà limiter et abaisser fortement la contamination des rejets des eaux de surface. Dans un deuxième temps il faudra imposer la filtration dans les centres d’épuration et de traitement. L’impact dans l’environnement doit être au plus tôt limité, cette démarche étant bénéfique pour la population française de par ses effets sur le long terme sur sa santé. Une évaluation régulière des rejets devra être réalisée par la DDASS.

Le Mouvement Bonapartiste, soucieux de la santé de ses concitoyens et co-résidents, vous demande de prendre conscience de l’urgence de mener une action de santé publique dans le domaine de l’eau de consommation du robinet, et par conséquent, de prendre au plus vite les dispositions qui s’imposent. Nous croyons fermement que l’eau est une richesse nationale qu’il faut préserver pour protéger la population des risques sur le long terme de l’ingestion de résidus nocifs.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur le Maire/ Conseiller général / Député/ Sénateur, l’expression de nos salutations respectueuses.

Paul-Napoléon Calland
Président du Mouvement Bonapartiste

Marc Tair
Secrétaire national [FRANCE] à la Santé et aux Affaires sociales.

Yoann Henry
Secrétaire national adjoint [FRANCE] à la Santé et aux Affaires sociales.

– Décret Impérial du 2 février 1812 (eau potable gratuite fournie par les fontaines de Paris).

– Décret Impérial du 14 décembre 1853, qui crée la Compagnie Générale des Eaux, à Lyon.

MB_bbr

A propos mouvementbonapartiste

JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 6 février 2010 1016 - * Déclaration à la préfecture de Meurthe-et-Moselle. MOUVEMENT BONAPARTISTE Objet : défendre, faire connaître et étendre les principes et valeurs du Bonapartisme. Il s’appuie sur l’adhésion populaire à une politique de redressement conjuguant les efforts des particuliers, associations et services de l’État. Le mouvement défend les principes bonapartistes sur lesquels il est fondé, et qui régissent son fonctionnement intérieur. Il défend également la mémoire de Napoléon le Grand, ainsi que celle de Napoléon III et de leurs fils, Napoléon II et Napoléon IV. Il reconnait Napoléon IV comme ayant régné sans avoir gouverné, en vertu du plébiscite de mai 1870. Le mouvement ne reconnait pas d’empereur après 1879, en vertu de l’absence de plébiscite. Républicain, il privilégie le bonheur, les intérêts et la gloire des peuples, et n’envisage de rétablissement de l’Empire que si les fondements en sont républicains et le régime approuvé par voie référendaire.
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Protection de la qualité de l’eau potable : lettre ouverte aux élus.

  1. Ping : MOUVEMENT BONAPARTISTE | mouvementbonapartiste

  2. Ping : 2 février et 29 mars 2015 – appel au peuple pour l’accès à l’eau potable | mouvementbonapartiste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s