La République, Une et Indivisible

drapeau-du-mouvement-bonapartiste.jpgMOUVEMENT BONAPARTISTE

TOUT POUR ET PAR LE PEUPLE
« Pour l’Honneur de la France, pour les intérêts sacrés de l’Humanité »
(Napoléon le Grand, 17 ventôse an VIII – samedi 8 mars 1800)

♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔♔

« Le Président de la République envisage de confier le pouvoir réglementaire aux régions. Cette « landerisation » de la France contribuerait à l’effilochage de l’État. Celui-ci ne serait plus que « l’échelon national » dans une Europe post-démocratique vouant les nations à la dissolution »

Jean-Pierre Chevènement, Sénateur du Territoire de Belfort, président d’Honneur du Mouvement Républicain et Citoyen, président de la Fondation Res Publica.

Profondément attachés à l’unité nationale, comme à une véritable construction européenne soucieuse et respectueuse des peuples, nous ne pouvons approuver un pas de plus vers la régionalisation de la France. Si, depuis 1790, et à plus forte raison, depuis 1800 avec la création des préfectures, les communes et départements sont le fondement de l’unité administrative et de l’indivisibilité de la France, c’est parce que, contrairement aux provinces et aux régions, ils correspondent au monde réel dans lequel nous vivons. Un monde qui n’est pas celui des féodalités, du gaspillage de l’argent public et d’administrateurs éloignés et davantage déconnectés de leurs administrés, mais celui où les habitants de notre pays ont besoin de pouvoir accéder aux services de l’État au plus près de chez eux. Confier davantage de responsabilités et de fonds aux régions, c’est porter atteint aux fondements de la France, c’est éloigner davantage la dépense des contribuables, c’est favoriser la désertification, l’abandon et l’appauvrissement des communes et départements moins aisés. Ce qui, tôt ou tard, entraine toujours une augmentation du prix de la vie et l’insécurité dans les autres.

Il est une autre considération que nous devons également évoquer ici, celle des euro-régions dont l’objectif est précisément le morcèlement et la dissolution des pays européens. Bonapartistes, nous ne pouvons que nous élever contre une disposition qui entrainerait la perte des nations européennes, et qui entrainerait aussi, dans leur sillage, la disparition de l’Europe! On ne fonde durablement que sur des fondements solides, aussi les nations européennes, et ces masses de granit que sont nos lois et institutions fondamentales, doivent être préservées pour les générations à venir. C’est à nous, qui les avons posées, à faire que ce patrimoine patriotique, démocratique et social leur soit transmis.

Non au morcèlement de la France, non au morcèlement de l’Europe!

AUJOURD’HUI

Notre attachement à la souveraineté nationale n’est donc pas le fruit d’un nationalisme mal placé, mais du respect pour les idées et les valeurs dont nous bénéficions dans la France et l’Europe d’aujourd’hui, ainsi que du respect pour le sacrifice de ceux qui sont battus pour elles. La démocratie ne vaut plus rien si les choix du peuple ne sont pas respectés, ou si ceux qui décident de notre sort ne sont plus ceux qui subissent les conséquences de leurs décisions.

♔♔♔♔♔♔♔♔

DEMAIN

C’est pourquoi nous voulons une Europe confédérale, où chaque peuple pourrait garder non seulement sa culture et son identité, mais aussi ces lois fondamentales qui font que notre société fonctionne. Le maintien de nos services publics, notre droit d’être nous mêmes les maîtres de nos destinées, le rôle de moteur industriel et agricole de l’État qui permet de protéger nos ouvriers et nos agriculteurs contre une concurrence sauvage qui aggrave le chômage et écrase la production locale… autant de droits fondamentaux bafoués par une construction européenne bureaucratique et anti-démocratique.

Pour l’Europe, nous voulons privilégier la législation qui porte sur une politique environnementale commune, afin de privilégier les énergies renouvelables et combattre la pollution et l’effet de serre. Nous voulons une politique européenne qui respecte le droit de chaque peuple de disposer de lui-même, selon le principe de nationalités cher aux Napoléon. Ce principe a ressuscité la Pologne (1806, puis 1919 et 1989) , donné un nouveau souffle à la Suisse (1803, puis 1849), créé l’Italie (1859) et la Roumanie (1856 et 1862), nous voulons qu’elle crée l’Europe.

♔♔♔♔♔♔♔♔

HIER

Saint-Cloud,
Le 4 septembre 1807, A Monsieur Fouché, ministre de la police générale

Monsieur Fouché, faites une circulaire aux préfets pour leur faire connaître que l’oisiveté fait inventer toute espèce de projets : supprimer les départements pour rétablir les provinces, les cours criminelles pour les remplacer par des chambres. C’est à eux à donner une direction convenable dans leur conversation et que l’intention de l’Empereur est de ne porter aucune atteinte soit aux divisions du territoire, soit à la direction actuelle que l’expérience a prouvée convenable.

NAPOLÉON.

♔♔♔

« Planant au-dessus des coteries politiques, exempte de tout préjugé national, [l’Idée Napoléonienne] ne voit en France que des frères faciles à réconcilier, et dans les différentes nations de l’Europe que les membres d’une seule et grande famille. […] »

Louis-Napoléon Bonaparte (Napoléon III), Idées Napoléoniennes, 1839

MB_bbr

A propos mouvementbonapartiste

JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 6 février 2010 1016 - * Déclaration à la préfecture de Meurthe-et-Moselle. MOUVEMENT BONAPARTISTE Objet : défendre, faire connaître et étendre les principes et valeurs du Bonapartisme. Il s’appuie sur l’adhésion populaire à une politique de redressement conjuguant les efforts des particuliers, associations et services de l’État. Le mouvement défend les principes bonapartistes sur lesquels il est fondé, et qui régissent son fonctionnement intérieur. Il défend également la mémoire de Napoléon le Grand, ainsi que celle de Napoléon III et de leurs fils, Napoléon II et Napoléon IV. Il reconnait Napoléon IV comme ayant régné sans avoir gouverné, en vertu du plébiscite de mai 1870. Le mouvement ne reconnait pas d’empereur après 1879, en vertu de l’absence de plébiscite. Républicain, il privilégie le bonheur, les intérêts et la gloire des peuples, et n’envisage de rétablissement de l’Empire que si les fondements en sont républicains et le régime approuvé par voie référendaire.
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La République, Une et Indivisible

  1. Ping : MOUVEMENT BONAPARTISTE | mouvementbonapartiste

  2. Ping : HONNEUR ET PATRIE – LEGION D’HONNEUR 1802 – 2015 | mouvementbonapartiste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s